Penser qu’une personne handicapée physique ne puisse pas prendre le guidon d’une moto tombe sous le sens. Il tombe également sous le sens que tout évolue de nos jours et qu’il est dorénavant parfaitement possible à une personne handicapée de piloter une moto… à condition qu’elle réponde aux trois critères ci-dessous.

Avoir un certificat d’aptitude

Une personne de plus de 18 ans peut détenir un permis moto même si elle est sourde, malentendante ou à mobilité réduite. Pour cela, l’intéressé doit en être déclaré apte par un médecin accepté par le Préfet du département. De ce fait, il est primordial de rencontrer le médecin seulement après avoir pris contact avec la Commission des permis de conduire. Vous disposerez toujours de 6 mois pour faire appel si jamais le docteur ne valide pas votre demande.

S’équiper convenablement

Un handicapé doit aménager sa moto comme il le faut et devra même la conduire à l’école de permis tout comme pendant l’examen. Cela est dû au fait que les moto-écoles ne vont pas s’équiper comme tous les types de motocyclettes adaptés aux handicapés. Votre moto est équipée et personnalisée conformément votre handicap. Il vous est même recommandé de n’utiliser que votre engin vu qu’il constitue l’unique appareil adapté à votre condition physique.

Toutefois, n’hésitez pas à prendre contact avec certaines associations comme l’« Handicaps motards solidarité » pour prendre des conseils durant l’aménagement de votre deux roues. Il se pourrait même que l’association vous prête un modèle répondant à votre profil au cas où cela s’avérerait utile.

Assurer sa moto

Une assurance est toujours nécessaire, peu importe votre état physique. Pour cela, pensez à ajouter la garantie individuelle pilote ainsi que la garantie vol dans le contrat. Cela est aussi valable pour la garantie de dommages et la garantie pour assistance zéro kilomètre.



Add Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *